Petit Caillou

Épopée géopolitique dans un de nos téléphones

Une création de la

Compagnie Peau-éthique

Tout public à partir de 10 ans - 1h40

Théâtre documentaire

mêlant Clown, Danse et Musique

Écrit et mit en scène par Lili Zaza,

Interprété par Laurie Azpeitia,

Léna Genin et Grégory Parreira

« En 2018, suite à la révolte provoquée par le visionnage du documentaire Blood in the Mobile, je réalise le tableau-relief Petit Caillou qui vaut de l’or. Il en découle un poème du même nom, que j’interprète à l’occasion de scènes Slam. En 2019, je ressens la nécessité de développer ce poème en pièce de théâtre, pour aller plus loin dans l’argumentation. Et ainsi, pour dénoncer, toucher et informer un plus large public sur la vie du téléphone qui se trouve dans la poche de chacun. Le narrateur, qui accompagne Petit Caillou dans son périple, garde la tonalité poétique et rythmique, le style d’écriture du poème. »               

IMGP3375m2.jpg

    Petit caillou, personnage éponyme, est l’incarnation d’un morceau de coltan, minerai nécessaire à la fabrication des appareils électroniques.

    A travers son épopée, ce spectacle emmène le public dans les coulisses de la conception d’un smartphone. Il informe de manière sensible sur les conséquences de sa fabrication, et dénonce les diverses formes d’exploitation, humaines et environnementales, qui en découlent.

    Des mines congolaises dont il est extrait, en passant par les entreprises américaines où est programmée l’obsolescence, des usines chinoises où les téléphones sont assemblés, aux magasins occidentaux où il est exposé à la folie consumériste du Black Friday, pour finalement être jeté dans les décharges électroniques du Ghana ; Petit Caillou nous fait vivre son parcours initiatique,  à travers les aliénations du monde productiviste.

    Ce projet se veut être un oeuvre d’éducation populaire prenant forme par la transversalité entre les arts.

    C’est un spectacle poétique d’intérêt public, qui ne cherche pas à culpabiliser l’individu mais à le faire réfléchir sur les mécanismes de domination et de production au sein du libéralisme mondialisé.

DSC06424-2.jpg

"République Démocratique du Congo... RDC, ça sonne comme un air de décès." Petit Caillou

DSC06515-3.jpg

"C’est dans les années 80, que les humains firent mains basses sur les aimants de terres rares en masse. Des moteurs toujours plus petit et en apparence plus économe en énergie. Sachez que leur désir d’un monde plus propre est tributaire de métaux sales." Narrateur

DSC06371-3.jpg

"Une téléphone n'est pas fait pour durer mais pour réver : To dream ! Vendons leur du rêve pour multiplier les bonheurs." Vanessa, Directrice Générale du Bonheur

DSC06573-3.jpg

"Hier encore les profondeurs de la terre étaient paisibles. Les choses existaient sans porter de noms. La terre changeait progressivement en solides matières ses souvenirs millénaires. Elle digérait avec soin, et fossilisait le vivant dans ses intestins." Narrateur

DSC06549-3.jpg

Crédit photo : Camilo Baquerre      https://camilobaquerre.fr/